Comment se déroule le rachat de soulte avant le divorce ?

Le partage de bien est l’une des étapes qui rendent le processus du divorce contraignant puisque c’est à ce niveau qu’on a peur de perdre la majeure partie de sa propriété. Dans cette situation, la loi donne la possibilité aux époux de recourir à un rachat de soulte afin d’avoir une certitude sur la conservation de leur bien. Découvrez dans cet article le principe fondamental du rachat de soulte et le fonctionnement de ce dernier.

Le rachat de soulte : de quoi s’agit-il au juste ?

Avant tout, il faut notifier que quand on parle de soulte au sens général, c’est un thème qui fait absolument allusion à la valeur d’un bien que possède un tiers. Au sens juridique, c’est un système qui permet aux époux lors d’une séparation d’obtenir du juge de famille la pleine propriété des biens, et ceci en respect à la législation. On peut donc résumer que le rachat de soulte à lieu uniquement lors d’un divorce entre couples et d’une succession de patrimoine aux héritiers. La plupart des gens font recours aux avocats des droits familiaux pour une opération de soulte lorsqu’il ne parvient pas à trouver un terrain d’entente par rapport aux partages des biens. Cette opération vise donc à racheter la partie des biens d’un indivisaire. Avant de solliciter un rachat de soulte en cas de séparation, la loi exige que les conjoints aient été mariés sous un régime de communauté ou le bien est en situation indivis. Le rachat de soulte concerne principalement les patrimoines immobiliers et peut être financé par un crédit immobilier, d’où la nécessité d’un notaire pendant la translation.

Le rachat de soulte : comment se passe-t-il avant la séparation ?

La séparation et le partage de patrimoine sont deux aspects de l’après-mariage qui sont très sensibles en raison des différents désaccords qui peuvent avoir lieu entre les époux. Le partage étant une étape incontournable et indissociable du divorce, il faut notifier qu’il y a des principes intrinsèques qui le caractérisent. Si dans un cas le partage à parts égales ne pose pas problème suite à l’accord des conjoints sur les modalités du partage, dans d’autres cas c’est à tout à faire le contraire. Ce qui rend le partage compliqué et la mise en place d’un processus de dialogue pour un partage à parts égales s’impose. Quel que soit le cas, s’il s’agit d’un bien immobilier, vous avez la possibilité de faire une demande d’attribution qui vous contraint en retour à verser une compensation financière à votre époux pour réparer le préjudice causé.

Le rachat de soulte : comment sont calculés les frais ?

En ce qui concerne le frais d’un rachat de soulte en cas de séparation, il faut retenir que cela dépend de la valeur du patrimoine concerné et des dépenses connexes. Si le partage est à parts égales et qu’un conjoint souhaite racheter la part de l’autre, il lui revient de payer le montant égal à la part de son conjoint en fonction de la valeur actuelle du bien et non celle à laquelle il a été acheté au départ. De même, les frais de notaire, les pénalités, les taxes et les prélèvements inhérents au transfert de propriété vous reviennent également à payer.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*