Quand parle-t-on de légitime défense?

Lors de la survenue de certaines situations, il n’est pas rare d’entendre les victimes dire avoir agi sous la légitime défense. Cette expression juridique, mérite d’être comprise par tous pour servir uniquement quand il le faudra.

Comprendre la légitime défense

Le droit pénal reconnaît une défense appliquée par soi face à une situation jugée  grave pour se défendre ou  défendre les intérêts d’un bien ou d’une personne. Cette forme de défense intervient en l’absence de toute autre forme de défense. En effet, l’intéressé exploite les moyens qui sont à sa portée lorsque la police ou la justice ne sont pas présentes pour se protéger au mieux de ses forces.

Il se défait  d’une situation où sa vie, ses intérêts ou ceux d’autrui sont fortement menacés. Elle rend coupable, mais donne la possibilité à celui qui la pratique de se désengager de ses responsabilités civiles et pénales. Néanmoins, elle n’est valable que sur des justificatifs réels. Une fois pris en compte par la justice, le coupable est déchargé de ses fautes et n’écope pas de condamnation.

Cas de validité de la légitime défense

La validité de la légitime défense dépend de quelques critères prévus par la loi à l’exception d’un homicide volontaire. Vu que la légitime défense intervient en cas d’agression, elle implique une riposte qui se doit d’être instantanée. Ainsi, en cas d’agression, il faut que le danger soit inscrit dans le présent et effectif et qu’il n’y ait aucune raison antérieure à l’agression.

Quand vient le moment de riposter, il est important que la riposte et l’attaque soient proportionnelles. C’est-à-dire que l’action portée par la victime doit être à la hauteur de l’agression subie. Cependant elle doit valoir la peine d’être réalisée. En effet, lorsque la possibilité de faire appel à une aide est présente, la légitimité est remise en cause. À cela s’ajoute un acte immédiat, sur le champ.

Dans certains cas, sans que toutes les conditions ne soient remplies il est possible de trancher sur la légitime défense. Le plus important est que l’acte réalisé s’inscrive sur la même longueur d’onde que l’agression faite.

Recourir à la justice après une agression

En faisant recours à la justice après une agression, la victime qui juge avoir agi selon la légitime défense doit apporter des preuves réelles. Lesquelles doivent être analysées avec minutie par le tribunal avant de trancher ou non en sa faveur.

Force est de constater que face à une légitime défense la victime est rendue couple et punie selon la loi pour insuffisance de preuves. Il est donc important que la victime d’une agression se fasse soutenir par un avocat en droit pénal pour qu’ensemble les preuves à apporter soient solides.

La défense par soi qu’accorde la justice n’est en aucun cas une autorisation pour commettre de la violence envers son prochain. C’est une solution qui se doit d’être immédiate et proportionnelle à la violence subie. Une légitime défense n’est pas une revanche et ne doit donc pas avoir un quelconque antécédent.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*